jeu. 27 janv.

|

Espace Jéliote

MADEMOISELLE JULIE

Théâtre / 1h35 / Dès 12 ans

Les billets ne sont pas en vente
Voir d'autres événements
MADEMOISELLE JULIE

Informations pratiques

27 janv., 20:30

Espace Jéliote, Rue de la Poste, 64400 Oloron-Sainte-Marie, France

À propos

Texte français et mise en scène : Elisabeth Chailloux

Avec : Anne Cressent, Pauline Huruguen et Yannik Landrein

Sous le soleil de minuit, Les trolls sont de sortie nous dit Strindberg. C’est une nuit festive et magique, placée sous le signe de l’amour et de la fécondité de la nature…

Cadre idéal pour un huis- clos nocturne et tragique entre Julie, la jeune aristocrate et Jean, le valet de son père, sous le regard de Kristin, la cuisinière. En toute liberté, la fille du comte invite le valet à danser. Les valeurs sont inversées. Danse et alcool aidant, il arrive ce qui devait arriver… À l’orgueil de Julie répond celui de Jean. Cet affrontement entre eux n’est donc pas seulement une lutte des classes mais également une lutte de pouvoir entre une femme et un homme. Moderne amazone, Julie est, en définitive, "son propre oracle". Mais un moment de liberté, ça se paie très cher !

Sous la direction d’Élisabeth Chailloux, les acteurs évoluent dans un long plan séquence, comme dans un match de boxe, jusqu’à la mise à mort du plus faible. Est-ce une illusion de croire qu’on peut échapper à son destin social ?

"S’approprier Mademoiselle Julie aujourd’hui, c’est se dire que le problème était déjà posé en 1888, et qu’il n’est toujours pas réglé" nous dit Élisabeth Chailloux

Extraits d’une presse unanime :

Pour notre bonheur, Elisabeth Chailloux saisit l’épaisseur et l’esprit de cette pièce dense de Strindberg. Les comédiens autant que le texte, impressionnent. David Rofé-Sarfati-Toute la culture.com

On ne se lasse pas du formidable et atroce drame du misogyne Strindberg qui traduit comme nul autre l’impossible condition des femmes du XIXe siècle (et d’aujourd’hui ?), écartelées entre leurs désirs, leurs positions sociales, familiales, domestiques (…). Dans des décors et costumes modernes, le trio infernal traverse jusqu’à la mort le cercle du désir, de la passion. Magnifique.

Fabienne Pascaud-Télérama