¡ Hola vecinos !

Dernière mise à jour : 20 juil.

C'est l'histoire d'un projet transfrontalier, qui a réuni le TOPIC à Tolosa, l'Espace Jéliote à Oloron, et quatre classes françaises. Un projet original de sensibilisation aux arts de la marionnette et à la langue espagnole.


À l'origine : des liens évidents entre le TOPIC et l'Espace Jéliote

Le TOPIC (Tolosa Puppet International Center) a ouvert ses portes en 2009 à Tolosa en Espagne. Il réunit un musée, un centre de documentation, un théâtre, des salles d’ateliers et de formation, une salle de répétition. Parmi les lieux dédiés aux arts de la marionnette, il est le plus complet d’Europe.


Futur Centre National de la Marionnette, l'Espace Jéliote brûlait d'envie de construire des liens avec son (presque) voisin espagnol. Cette aventure est la première d'une collaboration que l'on continuera à cultiver dans l'avenir ! Elle s'inscrit dans un partenariat plus global, qui va permettre notamment d'apporter un soutien commun à des artistes identifiés.


Quatre classes du Haut-Béarn à la rencontre de la marionnette et du TOPIC

A partir de septembre 2021, une relation régulière a été établie entre les classes participantes du Haut-Béarn et les médiateurs du TOPIC : des ateliers menés en visioconférence ont permis de présenter les arts de la marionnette, de construire des marionnettes à partir d’objets de récupération, de créer de courtes histoires. Des documents pédagogiques étaient adressés aux enseignants en amont.


Un marionnettiste est intervenu auprès des élèves pour les initier à la conception de marionnettes et à la manipulation : Juan Perez Escala et Audrey Laurent.


Le projet s’est achevé sur une visite du TOPIC le 17 juin, qui a permis de réunir les 4 classes inscrites : découverte du musée, d’un spectacle programmé par le TOPIC et fabrication de marionnettes lors d’ateliers.




Ce projet transfrontalier, bilingue, a permis aux élèves de découvrir la richesse d’une discipline protéiforme présente dans le monde entier. La visite au TOPIC de Tolosa en a été le point d’orgue.

Vivement la suite !